Live des Prud’hommes : une décision en faveur du chef d’entreprise

Le Conseil de prud’hommes de Montmorency a été saisi par une salariée de demandes tout à fait d’actualité. La demanderesse sollicitait la requalification de sa démission en licenciement sans cause réelle et sérieuse et la condamnation de l’entreprise à lui payer des dommages et intérêts pour :

  • Atteinte à la vie privée,
  • Harcèlement moral,
  • Harcèlement sexuel,
  • Non-respect de l’obligation de sécurité de résultat.

Elle a été déboutée car en matière de requalification de démission en licenciement sans cause réelle et sérieuse, la charge de la preuve pèse sur le demandeur, et si un doute subsiste il profite à l’employeur.

L’employeur avait fait des remarques sur son travail à cette salariée qui n’a pas hésité à l’accuser d’actes relevant du droit pénal.

La salariée ne produisait qu’une attestation d’une collègue, qui a démissionné pour la rejoindre chez son nouvel employeur et dont enfin le profil Facebook laissait supposer d’une certaine légèreté.

En outre la demanderesse avait passé, peu de temps avant ses accusations, une visite médicale auprès de la médecine du travail et avait été déclarée apte.

Enfin l’employeur a réuni beaucoup d’attestations de salariés récusant les accusations de la demanderesse.

 

Dossier traité par notre adhérent le CABINET SOCIALEX basé à Cergy.

Merci d’avoir partagé le travail mené au quotidien par nos mandataires au sein du Conseil des Prud’hommes.

Vous aimerez aussi

Non classé

Prélèvement à la source

Prélèvement à la source : point d’actualité et recensement des nouvelles propositions de simplification

Comme vous le savez, le prélèvement à la source entre en vigueur…

Non classé

La Bretagne, ça nous gagne

A l’initiative des CPME de Bretagne et du Val-d’Oise, plusieurs adhérents de la CPME 95 se sont rendus sur le territoire breton à la rencontre des membres des CPME de Bretagne et de Vendée.

Au…